La qualité sanitaire de l’eau passe par la limitation, entre autres, de la présence de microorganismes souvent agglomérés sur les parois des canalisations sous la dénomination de biofilms.
A ce jour, seule une utilisation réglementée de produits chimiques (chlore et dioxyde de chlore) à l’intérieur des canalisations des réseaux d’eau potable permet de résoudre et limiter de manière partielle ces problèmes de dépôts de microorganismes (biofilms).
Pour limiter ces risques sanitaires et l’utilisation des produits de traitement, les partenaires de SIRENAplus proposent d’agir sur l’origine même de la formation des biofilms.
Le projet SIRENAplus (surfaces innovantes pour les réseaux d’eau des nouvelles agglomérations et la réhabilitation des réseaux existants) concerne le développement d’une ou plusieurs surfaces innovantes empêchant la formation de dépôts et de biofilms et vise à limiter de manière préventive les risques de dégradation de la qualité de l’eau. Ces surfaces seront appliquées sur des canalisations neuves en usine comme sur des canalisations existantes dans le cadre de chantiers de réhabilitation.
Le consortium du projet SIRENAplus, piloté par Veolia, est structuré autour de cinq entreprises (Veolia, Saint-Gobain PAM, ARKEMA, AcXys, Ferry), un centre de ressources technologiques (CRITT TJFu) et trois laboratoires publics de recherche (LRGP, LCPME, IS2M).

Recherche d’un nouveau matériau anti-biofilm/anti-tartre - Financement : FUI