Le Laboratoire d’Hydrologie et de Géochimie de Strasbourg LHyGeS est une unité mixte de recherche (UMR 7517). Composante de l’Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre (EOST), le LHyGeS est placé sous la tutelle du CNRS et de l’Université de Strasbourg. Il est partenaire de l’Ecole nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg (ENGEES). Le LHyGeS est l’un des rares laboratoires français associant hydrologie et géochimie. Son objectif est de produire des connaissances, des théories, des méthodologies permettant de caractériser et de comprendre le fonctionnement des hydrosystèmes continentaux et leurs évolutions perturbées par les changements de forçage et l’activité anthropique.

Pour consulter le site du LHyGeS, cliquez ici.

Equipe TReHa (Transferts Réactifs dans les Hydrosystèmes Anthropisés)
Témoignage : Sylvain Payraudeau, Professeur ENGEES
Le LHyGeS poursuit le développement de méthodes et outils innovants pour mieux comprendre et prédire la vulnérabilité des eaux de surface. Plusieurs bassins versants expérimentaux sont équipés pour étudier et différencier les impacts climatique et humain dont certains sans discontinuités depuis 1985 comme l’Observatoire Hydro-Géochimique de l’Environnement situé à plus de 900 m d’altitude dans les Vosges.
La nouveauté 2017 sur ce site est l’installation d’un laboratoire portatif (ou River Lab) déployé à l’exutoire de ce bassin qui va permettre de suivre toutes les minutes les paramètres physiques (température, pH, …) et de prélever et d’analyser automatiquement un échantillon toutes les 15 minutes pour mieux comprendre et préserver cette ressource de surface de moyenne montagne. Deux sites expérimentaux en milieu viticole (Rouffach, Haut-Rhin) et en grandes cultures (Alteckendorf, Bas-Rhin) viennent appuyer le développement d’outils de diagnostic innovants de la persistance des pesticides dans les eaux de surface notamment lors des épisodes pluvieux intenses. Le jeu de données inédit collecté par le LHyGeS sur ces trois sites contribue également au développement et à la validation de modèles mathématiques qui sont utilisés pour prédire et anticiper l’impact des changements climatiques et des pratiques agricoles sur les eaux de surface. Vous pouvez retrouver toute l’actualité d’observation et de modélisation des eaux de surface sur le site du laboratoire.

Beaulieu E., Lucas Y., Viville D., Chabaux F., Ackerer P., Goddéris Y., Pierret M-C. (2016). Hydrological and vegetation response to climate change in a forested mountainous catchment. Modeling Earth Systems and Environment 2:191 DOI 10.1007/s40808-016-0244-1.
Elsner M. and Imfeld G. (2016). Compound-specific isotope analysis (CSIA) of micropollutants in the environment – current developments and future challenges. Current Opinion in Biotechnology, 1706:1-12.
Lefrancq M., Van Dijk P., Jetten V., Schwob M., Payraudeau, S. (2017). Improving runoff prediction using agronomical information in a cropped, loess covered catchment. Hydrological processes, In press
Pan Y., Weill S., Ackerer P. and Delay F. (2015). A coupled stream flow and depth-integrated subsurface flow model for catchment hydrology. Journal of Hydrology, 530, 66-78, DOI : 10.1016/j.jhydrol.2015.09.044

Illustration du River Lab (ici sur l’Observatoire Oracle, en Région Parisienne - Crédit photo La lettre Critex, n°4, 2017)

Zone Tampon Humide Artificielle qui intercepte les écoulements de surface et polluants associés provenant d’une partie du vignoble de Rouffach (Haut-Rhin)  (Crédit photo LHyGES)