L'Unité Mixte Internationale 2958 GT-CNRS est le fruit d'une collaboration entre le CNRS et le Georgia Institute of Technology (GeorgiaTech) aux États-Unis. Elle couvre un large champ disciplinaire qui inclut le développement de matériaux et nano-structures de semiconducteurs III-N pour la photonique et l’électronique, les méthodes d'inspections non-destructives (ultrasons, TeraHertz) et le développement d'algorithmes pour le traitement de données et la robotique.

  • Projet « E-tongue – Langue électronique» : Ce projet soutenu par la région Grand-Est consiste à développer un réseau intelligent de capteurs chimiques pouvant «goûter» les composés chimiques dans les liquides. Ces réseaux sont constitués de différents capteurs dont les signaux de sortie sont analysés afin de mesurer la concentration d'espèces chimiques. Ces analyses qualitatives et quantitatives de composés chimiques deviennent une nécessité dans l'environnement concurrentiel complexe d'aujourd'hui. Nous visons à réaliser des dispositifs plus petits, moins coûteux et plus sensibles à un large éventail d'espèces chimiques. Les capteurs développés sont basés sur la technologie HEMT (transistor à électrons à haute mobilité) fabriqués par croissance à l’échelle nanométrique de matériaux III-N et sur la fonctionnalisation spécifique de la surface du capteur.
    Contact : Abdallah Ougazzaden, Unité Mixte Internationale 2958 GeorgiaTech-CNRS.
  • Projet « Quantification des changements en environnement naturel » : Ce projet soutenu par la région Grand-Est et l'agence de l'eau Rhin-Meuse à pour but de documenter et de quantifier l'évolution des abords d'un cours d'eau au fil du temps après des travaux majeurs (suppression de barrage, …). En combinant des flux vidéos et nuages de points lasers acquis régulièrement par un robot ou une personne portant le dispositif d'acquisition automatique, le projet cherche à reconstruire un modèle numérique spatio-temporel de l'environnement et à en tirer des données quantitatives sur l'hydrologie et la flore : évolution des rives, accumulations de sédiments, évolution de la végétation.
    Contact : Cédric Pradalier, Unité Mixte Internationale 2958 GeorgiaTech-CNRS.
  • Projet « Mesure optique de biofilms. » Le dépôt de biofilms dans les réseaux de distribution et d’eau pose des problèmes de santé publique et les opérations de nettoyage sont relativement aléatoires, complexes et disruptives. La détection des biofilms à un stade précoce de leur développement peut permettre d’optimiser ces procédures de nettoyage. Nous développons un système optique simple, basé sur une diode laser, pour la mesure de dépôts minéraux et organiques, de type biofilm, sur des supports métalliques ou polymères. L’objectif est d’exploiter les mesures optiques pour déterminer des critères aidant à la prise de décision pour les opérations de nettoyage des biofilms.
    Contact : Alexandre Locquet, Unité Mixte Internationale 2958 GeorgiaTech-CNRS.